Le blog d 'Atikin

Articles récents

Frontières ouvertures: l'endroit du jour ou le pas des éléphants

20 Avril 2014 , Rédigé par Atikin Publié dans #poésie

Dans le cadre du projet organisé par la web association des auteurs, thème proposé par carol Shapiro :http://www.webasso-auteurs.net/ouvertures/ je choisis de disséminer un texte de Carol

LE PAS DES ELEPHANTS

le pas des éléphants
comme une pesanteur vibrante de toute cette histoire portée par les voix de la terre

légère aussi,

dans l'instant de la création

virtualité

le pas de l'éléphant

vers quelle plaine
quelle eau
quels jeux voleurs
dans les cascades ?

Les pas de l'éléphant
donnent
nous donnent
cette présence au monde

celle oubliée depuis cocaloca
depuis les caddies des grands boulevards
depuis même les vespas des rues de Florence

Mais, les rues Florence entendent le pas de l'éléphant.

Alors on danse dirait ce chanteur de transe moderne

et les gens entrent dans le pas d'un moment libéré de cette pesanteur des contraintes
insensées que l'enfant a "grandi" en marchant sur les routes

Noté, balloté, additionné

il a ménage ses forces pour résister aux lendemains
pour plaire aux copains bien lunés

pour tenter de trouver une raison de ne plus danser

Pourtant, dans cette clameur qu'on entend tous,
caché derrière
où même à côté
et aussi avant/après
on entend les rigoles de l'eau des jeux jaillissante
les limonades sous les parasols des plages d'enfance

Bien loin de la plaine de brousse,
bien loin des corridors du rêve ikeén

et la feuille, balancée
celle au dessus du toit

dans cet instant qui porte une marche indéterminée
une danse solide et légère

rythmée dans le miroir de toutes ces chansons racontées
paroles semées dans les tournesols qui tournent
comme les moulins des foires

avec l'imprudence vivante d'une bourrasque
d'un éclat de temps qui vient brouiller ce reflet qui invente l’eau

transparence
surface qui rencontre la lumière
entièrement
et laisse voir cette plaine
cette colline où les herbes frôlées
complotent leurs pollens

poussière ocre des vents porteurs
qui avancent les chaloupes

jusque dans les déserts à cristaux de neige fractales

on boira du porto avec un peu de ciel dans le verre
transparent
un parfum imprudent qui change les parcours des humains arrangés

ceux qui n'ont plus entendu les murmures des bulles
ni les billes de verre qui sonnent
dans les poches des gamins d'avant

et ceux de là qui courent avec leur skate
et des vieux à tête joyeuses
portés toujours par l'impatience
d'un étonnement ....

carol s

Ce matin

20 Avril 2014 , Rédigé par Atikin

Ce matin en me levant, je me dis qu’il faudrait apprendre à se taire parfois et que peut-être même, pour le bien des générations futures, il serait "pas mal" que des cours de silence soient enseignés dans les écoles !

Il est si difficile de résister aux bruits disparates du monde, aux pleins de vide alourdissant nos ailes, aux pleins de rien qui ferment nos écoutilles aux infinies variantes des humaines réalités.

Il faut dire que ce matin, je fus réveillée par des sons d’oiseaux si cristallins que la vie me parut tout de suite fragile et magnifique.

Seul le calme environnant a pu me ramener à mon silence interne et me permettre ainsi de percevoir leurs chants, de capter l’eau de leur langages particuliers si distincts de celui qui est propre à ma nature.

Posées là et là, ces frontières naturelles ne ressemblent pas à d’infranchissables barrières, elles ne pourront empêcher les ondes de passer, les infra-communications de s’établir… Avec ou malgré elles il y aura toujours des champs d’ouvertures télépathiques, des émissions, des perceptions invisibles entre étranges étrangers et étrangers étranges à force de chants murmurés et de silences désirés.

Ce matinCe matin

DIALOGUE SPATIAL

Toute une installation

De fils tricotés

Par une bande de nuages

Avait fixé

Quelques ondes

En constantes émissions

Qui s’étaient calées

Et vaquaient ainsi

D’une tête à l’autre

Nuit et jour,

Jour et nuit

En ricochant parfois

Sur leurs parcours.

Et ta tête

Et ma tête

Ne cessaient d’échanger leurs vues

A bord d’un illisible vaisseau transporteur

D’ immenses mots voyageurs.

Fresque Humaine

21 Septembre 2013 , Rédigé par Atikin

IMG 3652

Installation: FUGACITES

3 Mars 2012 , Rédigé par Atikin

Dans cette installation j’ai voulu mettre en évidence les intériorités qui habitent chaque être, les intérieurs invisibles, masqués mais pouvant se révéler parfois avec fugacité :  des souvenirs , des personnes, des blessures, des rêves, des espoirs et de la poésie.

 

 

 

IMG_2652.JPGsIMG_2644.JPGIMG_2657.JPG IMG_2659-copie-1.JPG IMG_2679.JPG IMG_2685.JPG

IMG_2690.JPG IMG 2661

Installation ( nuit blanche 2011, Amiens): "j'ai toujours perçu des pierres dans les emballages du quotidien".

20 Octobre 2011 , Rédigé par Atikin

La vie et ses pierres, tout à fait incroquables, dissimulées sous de séduisants emballages.

Vision de l'art, de l'apparence, des préjugés , des surprises...du fond, de la forme, de ce qui paraît et de ce qui est....... 

 

 

 

IMG 2512 IMG 2498

 

IMG_2514.JPGIMG_2531.JPG

 

IMG_2533.JPGIMG_2479.JPG

 

IMG_2511.JPG  IMG 2483    

Bienvenue sur overblog

19 Septembre 2009 , Rédigé par Atikin

Ceci est le premier article de votre blog. Il a été créé automatiquement pour vous aider à démarrer sur overblog. Vous pouvez le modifier ou l'effacer via la section "publier" de l'administration de votre blog.

Bon blogging

L'équipe d'overblog

PS : pour vous connecter à votre administration rendez-vous sur le portail des blogs overblog

Partager cette page Facebook Twitter Google+ Pinterest
Suivre ce blog